Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sud du Cambodge

Publié le par Familleperree

Après l'agitation de Pnohm Penh, et parce qu'il faut bien bouger de temps en temps 😊,nous repartons avec les Giant Ibis Bus vers Kampot et le Sud du Cambodge. Encore une fois les paysages traversés sont magnifiques et nous retrouvons le vert des rizières, parsemées de palmiers-chanvre caractéristiques du Cambodge.

C'est aussi la région du poivre de Kampot, un des cinq meilleurs au monde que l'on trouve d'ailleurs plus près de Kep. Deux villes très marquées par la présence française et où on trouve beaucoup d'expatriés.

Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.
Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.
Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.
Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.
Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.
Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.
Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.
Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.
Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.
Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.
Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.

Kampot. Le centre ville est vraiment marqué par l'architecture coloniale et après une nuit dans un hotel "bloc de béton" nous nous faisons plaisir en passant à la "Java bleue", belle maison coloniale où les chambres sont tout en bois : splendide même si un peu bruyant... Par contre les nouvelles constructions sont assez laides avec des façades kitches. Le marché est typique, on y trouve de tout même des fabricants de bijoux, qui travaillent sous nos yeux.

Balades. Nous retrouvons le plaisir des balades en scooter même si elles finissent quelquefois sous l'orage. Les paysages le long de la rivière de Kampot sont splendides. Quant aux promenades à pied...nous avons essayé les chemins de traverse dans la jungle et y avons croisé non seulement une multitude de moustiques, tous aussi affamés les uns que les autres, mais aussi un serpent vert fluo qui nous a un peu embêtés.
Balades. Nous retrouvons le plaisir des balades en scooter même si elles finissent quelquefois sous l'orage. Les paysages le long de la rivière de Kampot sont splendides. Quant aux promenades à pied...nous avons essayé les chemins de traverse dans la jungle et y avons croisé non seulement une multitude de moustiques, tous aussi affamés les uns que les autres, mais aussi un serpent vert fluo qui nous a un peu embêtés.
Balades. Nous retrouvons le plaisir des balades en scooter même si elles finissent quelquefois sous l'orage. Les paysages le long de la rivière de Kampot sont splendides. Quant aux promenades à pied...nous avons essayé les chemins de traverse dans la jungle et y avons croisé non seulement une multitude de moustiques, tous aussi affamés les uns que les autres, mais aussi un serpent vert fluo qui nous a un peu embêtés.
Balades. Nous retrouvons le plaisir des balades en scooter même si elles finissent quelquefois sous l'orage. Les paysages le long de la rivière de Kampot sont splendides. Quant aux promenades à pied...nous avons essayé les chemins de traverse dans la jungle et y avons croisé non seulement une multitude de moustiques, tous aussi affamés les uns que les autres, mais aussi un serpent vert fluo qui nous a un peu embêtés.
Balades. Nous retrouvons le plaisir des balades en scooter même si elles finissent quelquefois sous l'orage. Les paysages le long de la rivière de Kampot sont splendides. Quant aux promenades à pied...nous avons essayé les chemins de traverse dans la jungle et y avons croisé non seulement une multitude de moustiques, tous aussi affamés les uns que les autres, mais aussi un serpent vert fluo qui nous a un peu embêtés.
Balades. Nous retrouvons le plaisir des balades en scooter même si elles finissent quelquefois sous l'orage. Les paysages le long de la rivière de Kampot sont splendides. Quant aux promenades à pied...nous avons essayé les chemins de traverse dans la jungle et y avons croisé non seulement une multitude de moustiques, tous aussi affamés les uns que les autres, mais aussi un serpent vert fluo qui nous a un peu embêtés.

Balades. Nous retrouvons le plaisir des balades en scooter même si elles finissent quelquefois sous l'orage. Les paysages le long de la rivière de Kampot sont splendides. Quant aux promenades à pied...nous avons essayé les chemins de traverse dans la jungle et y avons croisé non seulement une multitude de moustiques, tous aussi affamés les uns que les autres, mais aussi un serpent vert fluo qui nous a un peu embêtés.

Le poivre de Kampot. Voilà comment pousse le poivre...nous on ne le savait pas. En fait il s'agit d'une liane, dont il faut freiner la croissance en la couvrant de feuilles de palmiers. Il existe 4 sortes de poivre : le poivre vert que l'on retrouve dans tous les plats mais qu'on ne peut exporter car il se consomme dans les deux jours qui suivent sa cueillette, le noir qui est séché au soleil, le rouge qui est le poivre à maturité et le blanc qui est le rouge, bouilli puis pelé.
Le poivre de Kampot. Voilà comment pousse le poivre...nous on ne le savait pas. En fait il s'agit d'une liane, dont il faut freiner la croissance en la couvrant de feuilles de palmiers. Il existe 4 sortes de poivre : le poivre vert que l'on retrouve dans tous les plats mais qu'on ne peut exporter car il se consomme dans les deux jours qui suivent sa cueillette, le noir qui est séché au soleil, le rouge qui est le poivre à maturité et le blanc qui est le rouge, bouilli puis pelé.
Le poivre de Kampot. Voilà comment pousse le poivre...nous on ne le savait pas. En fait il s'agit d'une liane, dont il faut freiner la croissance en la couvrant de feuilles de palmiers. Il existe 4 sortes de poivre : le poivre vert que l'on retrouve dans tous les plats mais qu'on ne peut exporter car il se consomme dans les deux jours qui suivent sa cueillette, le noir qui est séché au soleil, le rouge qui est le poivre à maturité et le blanc qui est le rouge, bouilli puis pelé.

Le poivre de Kampot. Voilà comment pousse le poivre...nous on ne le savait pas. En fait il s'agit d'une liane, dont il faut freiner la croissance en la couvrant de feuilles de palmiers. Il existe 4 sortes de poivre : le poivre vert que l'on retrouve dans tous les plats mais qu'on ne peut exporter car il se consomme dans les deux jours qui suivent sa cueillette, le noir qui est séché au soleil, le rouge qui est le poivre à maturité et le blanc qui est le rouge, bouilli puis pelé.

Rabbit Island. Petite île en face de Kep, notre deuxième arrêt dans le sud. Histoire d'avoir un avant goût des baignades à venir, nous partons pour la journée sur l'île des lapins... Pas grand chose à dire ni à faire. On y passe une demi-journée et c'est bien. C'est typique (de quoi?) des plages du Cambodge dixit J-Luc.
Rabbit Island. Petite île en face de Kep, notre deuxième arrêt dans le sud. Histoire d'avoir un avant goût des baignades à venir, nous partons pour la journée sur l'île des lapins... Pas grand chose à dire ni à faire. On y passe une demi-journée et c'est bien. C'est typique (de quoi?) des plages du Cambodge dixit J-Luc.
Rabbit Island. Petite île en face de Kep, notre deuxième arrêt dans le sud. Histoire d'avoir un avant goût des baignades à venir, nous partons pour la journée sur l'île des lapins... Pas grand chose à dire ni à faire. On y passe une demi-journée et c'est bien. C'est typique (de quoi?) des plages du Cambodge dixit J-Luc.
Rabbit Island. Petite île en face de Kep, notre deuxième arrêt dans le sud. Histoire d'avoir un avant goût des baignades à venir, nous partons pour la journée sur l'île des lapins... Pas grand chose à dire ni à faire. On y passe une demi-journée et c'est bien. C'est typique (de quoi?) des plages du Cambodge dixit J-Luc.
Rabbit Island. Petite île en face de Kep, notre deuxième arrêt dans le sud. Histoire d'avoir un avant goût des baignades à venir, nous partons pour la journée sur l'île des lapins... Pas grand chose à dire ni à faire. On y passe une demi-journée et c'est bien. C'est typique (de quoi?) des plages du Cambodge dixit J-Luc.
Rabbit Island. Petite île en face de Kep, notre deuxième arrêt dans le sud. Histoire d'avoir un avant goût des baignades à venir, nous partons pour la journée sur l'île des lapins... Pas grand chose à dire ni à faire. On y passe une demi-journée et c'est bien. C'est typique (de quoi?) des plages du Cambodge dixit J-Luc.

Rabbit Island. Petite île en face de Kep, notre deuxième arrêt dans le sud. Histoire d'avoir un avant goût des baignades à venir, nous partons pour la journée sur l'île des lapins... Pas grand chose à dire ni à faire. On y passe une demi-journée et c'est bien. C'est typique (de quoi?) des plages du Cambodge dixit J-Luc.

Les Bikers. Retrouvailles avec les bikers d'Equeurdreville, représentés par Marie et Bruno. Comme toujours ils ont le matériel ad hoc alors que nous avons pris le plus pourri des scooters ! Nous enchaînerons ainsi : panne sèche, pétage de durite et crevaison. De plus nous nous perdons près de la frontière Vietnamienne toute proche. Malgré tout, la balade est superbe et la pause repas, faite de crevettes et de calamars au poivre, sur Angkun Beach, restera un beau souvenir, le tout au rythme cambodgien.
Les Bikers. Retrouvailles avec les bikers d'Equeurdreville, représentés par Marie et Bruno. Comme toujours ils ont le matériel ad hoc alors que nous avons pris le plus pourri des scooters ! Nous enchaînerons ainsi : panne sèche, pétage de durite et crevaison. De plus nous nous perdons près de la frontière Vietnamienne toute proche. Malgré tout, la balade est superbe et la pause repas, faite de crevettes et de calamars au poivre, sur Angkun Beach, restera un beau souvenir, le tout au rythme cambodgien.
Les Bikers. Retrouvailles avec les bikers d'Equeurdreville, représentés par Marie et Bruno. Comme toujours ils ont le matériel ad hoc alors que nous avons pris le plus pourri des scooters ! Nous enchaînerons ainsi : panne sèche, pétage de durite et crevaison. De plus nous nous perdons près de la frontière Vietnamienne toute proche. Malgré tout, la balade est superbe et la pause repas, faite de crevettes et de calamars au poivre, sur Angkun Beach, restera un beau souvenir, le tout au rythme cambodgien.
Les Bikers. Retrouvailles avec les bikers d'Equeurdreville, représentés par Marie et Bruno. Comme toujours ils ont le matériel ad hoc alors que nous avons pris le plus pourri des scooters ! Nous enchaînerons ainsi : panne sèche, pétage de durite et crevaison. De plus nous nous perdons près de la frontière Vietnamienne toute proche. Malgré tout, la balade est superbe et la pause repas, faite de crevettes et de calamars au poivre, sur Angkun Beach, restera un beau souvenir, le tout au rythme cambodgien.
Les Bikers. Retrouvailles avec les bikers d'Equeurdreville, représentés par Marie et Bruno. Comme toujours ils ont le matériel ad hoc alors que nous avons pris le plus pourri des scooters ! Nous enchaînerons ainsi : panne sèche, pétage de durite et crevaison. De plus nous nous perdons près de la frontière Vietnamienne toute proche. Malgré tout, la balade est superbe et la pause repas, faite de crevettes et de calamars au poivre, sur Angkun Beach, restera un beau souvenir, le tout au rythme cambodgien.
Les Bikers. Retrouvailles avec les bikers d'Equeurdreville, représentés par Marie et Bruno. Comme toujours ils ont le matériel ad hoc alors que nous avons pris le plus pourri des scooters ! Nous enchaînerons ainsi : panne sèche, pétage de durite et crevaison. De plus nous nous perdons près de la frontière Vietnamienne toute proche. Malgré tout, la balade est superbe et la pause repas, faite de crevettes et de calamars au poivre, sur Angkun Beach, restera un beau souvenir, le tout au rythme cambodgien.

Les Bikers. Retrouvailles avec les bikers d'Equeurdreville, représentés par Marie et Bruno. Comme toujours ils ont le matériel ad hoc alors que nous avons pris le plus pourri des scooters ! Nous enchaînerons ainsi : panne sèche, pétage de durite et crevaison. De plus nous nous perdons près de la frontière Vietnamienne toute proche. Malgré tout, la balade est superbe et la pause repas, faite de crevettes et de calamars au poivre, sur Angkun Beach, restera un beau souvenir, le tout au rythme cambodgien.

Passage de frontière. Mais tout a une fin. Nous quittons Kep et le Cambodge à bord d'un minibus jaune, à des années lumières des Giant Ibis !!! En plus du nombre de passagers sûrement supérieur, et de loin, au nombre autorisé, nous transportons avec nous des fruits de mer, des poules et même une chèvre.... Le passage est un peu long au niveau de la douane (sauf peut-être en payant 10$/passeport comme on nous l'a gentiment proposé...) mais nous traversons enfin par le bac pour arriver en fin de journée à Koh Chang, Thaïlande.
Passage de frontière. Mais tout a une fin. Nous quittons Kep et le Cambodge à bord d'un minibus jaune, à des années lumières des Giant Ibis !!! En plus du nombre de passagers sûrement supérieur, et de loin, au nombre autorisé, nous transportons avec nous des fruits de mer, des poules et même une chèvre.... Le passage est un peu long au niveau de la douane (sauf peut-être en payant 10$/passeport comme on nous l'a gentiment proposé...) mais nous traversons enfin par le bac pour arriver en fin de journée à Koh Chang, Thaïlande.
Passage de frontière. Mais tout a une fin. Nous quittons Kep et le Cambodge à bord d'un minibus jaune, à des années lumières des Giant Ibis !!! En plus du nombre de passagers sûrement supérieur, et de loin, au nombre autorisé, nous transportons avec nous des fruits de mer, des poules et même une chèvre.... Le passage est un peu long au niveau de la douane (sauf peut-être en payant 10$/passeport comme on nous l'a gentiment proposé...) mais nous traversons enfin par le bac pour arriver en fin de journée à Koh Chang, Thaïlande.

Passage de frontière. Mais tout a une fin. Nous quittons Kep et le Cambodge à bord d'un minibus jaune, à des années lumières des Giant Ibis !!! En plus du nombre de passagers sûrement supérieur, et de loin, au nombre autorisé, nous transportons avec nous des fruits de mer, des poules et même une chèvre.... Le passage est un peu long au niveau de la douane (sauf peut-être en payant 10$/passeport comme on nous l'a gentiment proposé...) mais nous traversons enfin par le bac pour arriver en fin de journée à Koh Chang, Thaïlande.

Commenter cet article

flo 15/12/2014 21:38

Re coucou, encore une fois un régal, mais je ne peux m’empêcher de penser à vous et votre retour ... Comment allez vous faire pour atterrir parmi nous après un si beau voyage. J’espère que vous avez un calendrier de l'avent pour le décompte ! gros bisous et au plaisir de vous revoir très vite... et surtout profitez jusqu'au bout du bout.

Mum 10/12/2014 18:05

scènes très variées. Moins de monde en ville. étals de nourriture toujours aussi appétissants. J'ai hâte de mesurer Suzanne, elle semble avoir beaucoup grandi....elle va peut-être demander un scooter à Noël !!!