Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hoi An

Publié le par Familleperree

Après le tumulte de Hanoî quel bonheur se retrouver au calme à Hoi An. Non seulement la circulation est presqu'inexistante (la vielle ville est réservée aux piétons et aux cyclistes) mais en plus il fait bon et il ne pleut pas. Du coup on va en profiter pour se reposer de nos vacances !! Une semaine cool : plage (An Bang, une des plus belles du Viêt Nam) et vélo.

La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.
La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.
La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.
La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.
La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.
La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.
La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.
La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.
La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.
La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.
La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe  sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous  avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.

La vieille ville est restaurée progressivement suivant une charte précise. D'où cet alignement de magasins aux murs jaunes et enseignes en bois. La spécialité de Hoi An c'est le sur-mesure, aussi une échoppe sur deux est-elle celle d'un tailleur (et comme tout le monde nous avons joué le jeu, faisant faire chemises, robe et jupe). Si le résultat est beau à l'œil, on a vite l'impression de se promener dans une énorme galerie marchande, vitrine pour le touriste et bien loin de la vraie vie. Ceci dit nous assumons notre statut et profitons bien de tout ça, nous promenant entre Pont Japonais et rues décorées.

Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).
Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).
Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).
Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).
Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).
Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).
Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).
Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).
Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).
Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).
Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).

Village de bord de mer, Hoi An dispose d'une belle flotte de bateaux de pêche et d'un marché aux poissons quotidien. Comme partout on trouve aussi de nombreux fruits et légumes sur les étals. Plus étonnant ces planches de galettes de riz qui sèchent au soleil en pleine rue ( poussière, poussière...).

Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).
Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).

Pour ne pas trop se laisser aller nous nous laissons tenter à nouveau par une virée en vélo dans les îles du delta. 9km où nous croisons les enfants rentrant de l'école, accompagnés par Micka (guide français) et son assistante, qui nous font découvrir la vie locale : fabrication des bateaux en bois mais aussi des fameux bateaux-panier (que nous essayons sous la vigilance de Mme Phung), l'incrustation de nacre et la fabrication des nattes qui tiennent lieu de matelas (J-Luc n'ose même pas y penser !).

Surprise ! Une belle plage nous tend les bras à la sortie de la ville. Quand le temps  le permet, nous enfourchons nos vélos (après l'école bien sûr) et pédalons gaiement sur les 5 km qui nous séparent de la Mer de Chine.
Surprise ! Une belle plage nous tend les bras à la sortie de la ville. Quand le temps  le permet, nous enfourchons nos vélos (après l'école bien sûr) et pédalons gaiement sur les 5 km qui nous séparent de la Mer de Chine.
Surprise ! Une belle plage nous tend les bras à la sortie de la ville. Quand le temps  le permet, nous enfourchons nos vélos (après l'école bien sûr) et pédalons gaiement sur les 5 km qui nous séparent de la Mer de Chine.
Surprise ! Une belle plage nous tend les bras à la sortie de la ville. Quand le temps  le permet, nous enfourchons nos vélos (après l'école bien sûr) et pédalons gaiement sur les 5 km qui nous séparent de la Mer de Chine.
Surprise ! Une belle plage nous tend les bras à la sortie de la ville. Quand le temps  le permet, nous enfourchons nos vélos (après l'école bien sûr) et pédalons gaiement sur les 5 km qui nous séparent de la Mer de Chine.

Surprise ! Une belle plage nous tend les bras à la sortie de la ville. Quand le temps le permet, nous enfourchons nos vélos (après l'école bien sûr) et pédalons gaiement sur les 5 km qui nous séparent de la Mer de Chine.

Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !
Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons  à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine  de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !

Grâce à notre logeuse, professeur d'anglais, nous nous rendons à l'école du quartier. D'un côté Suzanne, en face 600 élèves...impressionnant ! Nous assistons à une répétition de danse de toute l'école dans la cour avant que tous ne s'éparpillent comme des moineaux au son du tambour (et oui, ici pas de sonnerie !). On passe devant les classes, la salle informatique (une vingtaine de postes) et la bibliothèque, c'est presque comme à Equeurdreville en somme...si ce n'est les 600 élèves !

Ville de lumière, on trouve toutes sortes de lanternes sur le marché. Pour le 15è jour du mois lunaire, nous sacrifions à la tradition et Suzanne dépose sa "lucky candle" dans la rivière.
Ville de lumière, on trouve toutes sortes de lanternes sur le marché. Pour le 15è jour du mois lunaire, nous sacrifions à la tradition et Suzanne dépose sa "lucky candle" dans la rivière.
Ville de lumière, on trouve toutes sortes de lanternes sur le marché. Pour le 15è jour du mois lunaire, nous sacrifions à la tradition et Suzanne dépose sa "lucky candle" dans la rivière.
Ville de lumière, on trouve toutes sortes de lanternes sur le marché. Pour le 15è jour du mois lunaire, nous sacrifions à la tradition et Suzanne dépose sa "lucky candle" dans la rivière.
Ville de lumière, on trouve toutes sortes de lanternes sur le marché. Pour le 15è jour du mois lunaire, nous sacrifions à la tradition et Suzanne dépose sa "lucky candle" dans la rivière.

Ville de lumière, on trouve toutes sortes de lanternes sur le marché. Pour le 15è jour du mois lunaire, nous sacrifions à la tradition et Suzanne dépose sa "lucky candle" dans la rivière.

Commenter cet article

Mamie 13/11/2014 15:31

Retour à l'enchantement.
C'est mieux qu'à la TV : les rôles principaux sont tenus par nos enfants, avec de temps en temps une petite apparition de Jean-Luc qui se fait rare.

Fabienne L. 12/11/2014 12:50

coucou Sandrine,
Que de beaux souvenirs !!! moi aussi j'ai adoré cette ville tellement reposante !
J'y retournerai un jour... profitez bien
gr bisous
Fabienne

Mum 11/11/2014 11:56

J'attendais patiemment un nouvel article.. mais quel nouveau plaisir de vous découvrir dans un autre milieu où vous semblez de mieux en mieux fondus dans le décor, en vélo, dans la fête, avec les enfants. Quel bel enseignement de la différence ! surtout quand elle est magnifiée par toutes ces lumières et ces décorations. Je vais retourner sur Google earth vous pister...

corinne 11/11/2014 08:07

une très belle "étape" qui suscite de "oh" et des "ah" et des "wouah"...et un gros pincement au coeur d'être parti du Vietnam sans voir tout ça...
avant, on se rendait pas compte...
d'où le manque de commentaire en ce qui me concerne